Rechercher
  • Asma Oudina

Le plus grand rassemblement BUSINESS d’Europe : le BIG 2021 de Bpi France

Bonjour à toutes et à tous !


Aujourd’hui, nous allons vous parler du plus grand rassemblement business d’Europe auquel nous avons assisté à l’Accor Hôtel Arena le jeudi 7 octobre 2021 : la 7ème édition du BIG 2021, de BpiFrance Inno Génération.


Le thème de cette année : Conquérir pour servir l’avenir. Plusieurs thématiques sont présentées, tel que : le climat, la deeptech, la création d'entreprise, l’innovation, et pleins d’autre sujets !


Pour se faire, cet évènement a rassemblé :

- 62 000 visiteurs (créateurs d'entreprises, startuppers, grands groupes, TPE, PME, etc…),

- 1 000 intervenants de différents secteurs (entrepreneurs, directeurs, fondateurs, ministres, etc...),

- Ainsi que plus de 400 ateliers et conférences en live.


Lorsque nous sommes arrivées dans l’Accord Arena, nous nous sommes installées sur les sièges de l’amphithéâtre nommé « Bang » (voir photo ci-dessous). Nous avons écouté plusieurs intervenants. Tous avaient un objectif : parler de leur conquête. Vous pourrez retrouver sur la chaîne YouTube de Bpifrance, la rediffusion de certains discours des intervenants tel que : Catherine MacGregor (directrice général d’Engie), Antoine Jouteau (président de Leboncoin), Thomas Pesquet (astronaute), Barbara Pompili (Ministre de la transition écologique), et même Emanuel Macron (président de la République) ! Ainsi que pleins d’autre intervenants ; cliquez ici pour voir une parties des personnes invitées sur le site de Bpi France, et ici pour voir la rediffusion de certaines de leurs interventions.


La scène "BANG"

Qu’est-ce que la conquête ?


Laurent BAYLE, du Groupe BPCE, a dit : « La mère des conquêtes, c’est la conquête de votre propre potentiel ». Cette phrase est très inspirante ! Car en effet, lorsque nous entreprenons, nous en apprenons tous les jours, que ce soit sur nous-même, ou sur notre environnement. Nous allons sans cesse à la conquête de l’inconnu.


Anta BABACAR NGOM, du groupe SEDIMA, a dit : « Conquérir, c’est gagner. C’est cette envie insatiable de se réaliser, de marquer son environnement, de marquer son territoire. C’est ce moteur, cette flame, cette dynamique explosive qui nous fait nous mouvoir tôt le matin et qui nous tient en haleine toute la journée. »


Emmanuel GRENIER, le Président-directeur général de CDISCOUNT, a eu un discours très intéressant que nous voulions vous partager, le voici :


« La conquête; elle a quelque chose au cœur qu’est l’énergie. Il n’y a pas de conquête sans énergie. C’est l’énergie de déplacer des montagnes, de renverser les tables, de sortir des sentiers battus. Cette énergie elle est fondamentale et c’est mon fil conducteur, c’est ma colonne vertébrale au quotidien dans ma vision et dans mon mode de management. Il y a 3 endroits où elle est importante :


- L’énergie est au service de la conquête dans la vision : on décrit toujours la vision comme quelque chose d’un peu mystique qui tombe du ciel. On aurait une vision un matin en se levant. Moi, ma conviction c’est exactement le contraire ; la vision c’est quelque chose qu’on ramasse par terre qui est souvent une petite graine souvent qu’on a pas vu, on va la cultiver, la planter, l’arroser, elle va grandir et elle va monter au ciel. Et après on peut raconter quelle descend du ciel. Et ça c’est complètement différent. Et souvent elle est présente dans les équipes en fait. Elle est à l’attente, il faut être capable de capter les signaux faibles. Il y a 2000 personnes chez Cdiscount et il y a énormément d’idées. Il faut qu’on soit capable de les capter. Je vous prends un exemple : on a lancé une offre il y a peu près un an de B2B, de solution de marketplace technologique pour les e-commerçants et les retailleurs. Cette idée ne vient pas de moi, pas de mon comité de direction, elle vient des équipes qui ont eu cette idée et qu’on a détectée (un peu tard même) au bout d’un an. Cette idée on l’a travaillée, et on l’a lancée. Un an et demi plus tard on a eu une offre. Donc ce sujet de la vision est important.


- Le deuxième sujet, une fois que la vision est prête : c’est l’énergie au service de la prise de risque. Il faut que ça devienne une culture la prise de risque, et ça l’est chez nous. La prise de risque ça permet plusieurs choses : la première c’est que ça permet de faire tomber les peurs. Quand les gens se mettent à avancer, quand l’organisation avance, les peurs s’arrêtent. On a peur de ce qu’on ne connait pas. La deuxième chose : elle permet de se confronter à la réalité, de se confronter aux échecs, et ça permet de changer de direction. Et souvent de changer les priorités car la confrontation à la réalité est assez différente de la vision quand on est dans le détail. Point essentiel de la culture d’entreprise qu’on a : faire en sorte de ne pas sanctionner l’échec. Et là qu’on soit bien clair, l’échec s’il est dû à un pb d’exécution, évidemment ça n’est pas normal. Mais s’il est dû au fait que l’idée était la bonne mais qu’on n’a pas pris le bon chemin même en ayant exécuté correctement, il ne faut surtout pas sanctionner. Ça, ça donne énormément d’énergie. Car en tant que dirigeant, la nature classique (surtout quand on est français) c’est de sanctionner quand ça ne va pas, sanctionner les mauvaises notes comme à l’école. Donc il faut de l’énergie, il faut se retenir, et au bout d’un certain temps les gens prennent l’habitude de tenter des choses en sachant qu’ils ne se feront pas sanctionner. Et ça c’est fondamental culturellement. Et bien sûr on tombe dans l’échec un moment donné.


- Et ça c’est le troisième sujet important : c’est l’énergie dans la gestion de l’échec : le propre du développement d’une entreprise c’est qu’elle se heurte à de multiples murs et à de multiples échecs. On vous parle toujours, quand on intervient, de un ou deux échecs alors qu’il y en a des dizaines. Il y a des échecs qui sont particuliers; ce sont les échecs qui sont répétitifs sur un même sujet. […]


[…] On parle beaucoup d’énergie propre, la conquête elle doit être propre, il n’y a pas de conquête a tout pris, elle doit respecter son environnement, respecter les collaborateurs, respecter les partenaires, la nature, respecter tous les écosystèmes. Et ça c’est fondamental, et c’est une croyance que j’ai qui est fondamentale. Parce que la seule condition pour que la conquête soit un progrès c’est que cette conquête soit propre »


Pour voir le discours en entier cliquez ici.


En dehors de ces discours, il y avait plusieurs ateliers avec des thématiques et des intervenants très enrichissants ! Nous allons vous faire visiter l'intérieur de cet évènement. Pour se faire, voici le plan du BIG de Bpi France.

Plan de BIG 7

Sur la « Place du Village », situé au milieu de l’Accord Arena, nous avons aperçu de grandes bulles transparentes dans lesquelles se déroulaient des conférences. Celle-ci dégageaient un dynamisme sans pareil ! Chaque bulle avait un thème : la bulle région, la bulle verte, la bulle French Lab et la bulle Créa. Dans chacune d’elles, un ou plusieurs intervenant venaient parler d’un sujet en rapport avec le thème de la bulle concernée.


Sur cette même place il y avait une autre bulle nommée « l’Ampli », dans laquelle plusieurs personnes ont été interviewées.


En hauteur, tout à gauche de l’Accord Hôtel Arena, se trouvaient plusieurs campus : le campus Europe, le campus Afrique, le campus Asie, le campus Moyen-Orient, et le campus Amérique Latine/ Amérique du Nord. Dans chacun de ces campus se déroulaient plusieurs ateliers animés par plusieurs intervenants, parfois sous formes de dialogues, de conférences, ou de tables rondes.


Toujours en hauteur, à côté de ces campus, un atelier nommé « Feu de camps » a rassemblé plus de 40 entrepreneurs venus témoigner des synergies entre les communautés La French Tech, La French Fab, La French Touch et le Coq vert pour échanger ensemble sur des thématiques communes d’innovation et d’avenir.


Nous allons maintenant redescendre sur la terre ferme et nous téléporter vers la droite de l’Accord Hôtel Arena pour nous balader dans les autres ateliers que nous a proposés Bpi France pour cette 7ème édition de l’évènement BIG !


Allons d’abord dans l’atelier « Echo ». Cet atelier s’est déroulé dans 6 petites salles ouvertes pour parler des transformations 4.0 réussies : comment créer la vision du nouveau business model ? Comment accompagner les hommes dans cette transformation ? Ces sujets vont être discutés avec des industriels (Petit Bateau, Nutriset) et des offreurs de solution (Siemens et Vif, logiciels pour l'industrie de process). François-Xavier DE THIEULLOY, Antoine VIGNON, Sébastien DECUBBER, Hélène RATTI, Olivier RIOU, ont aussi fait partie des intervenants.


A côté des « Echos », se situait la plateforme « Les Excellence ». Innovation, recrutement, formation, développement, mise en relation et accompagnement sont les caractéristiques principales des ateliers ci-dessous :


- Les Accélérés : espace dédier à la mise en relation, avec par exemple, des sessions de speed-meeting

- Les Meneurs : pour aller à la découverte de leur clubs sportifs partenaires et des acteurs de l'l’innovation dans le sport.

- Les Excellence : pour découvrir les différents accélérateurs, de véritables programmes qui vont booster votre business !


Ajouté à toutes ces conférences et ateliers, il y avait l’enregistrement des Masterclass que vous pourrez retrouver sur YouTube. Il y avait aussi « Les Innos », « l’antenne », « la mezzanine », l’espace business, l’espace Interview, et plusieurs autres stand aussi intéressant les uns que les autres.


Bref, on comprend maintenant pourquoi cet évènement s’appelle « BIG » !


Rendez-vous l’année prochaine pour la 8ème édition !